INTRICATION

3 600 

60 x 120cm
Photographie
Tirage Etching Rag
Collage Kapa 5mm
Encadrement aluminium brossé noir
Nombre d’éditions : 4

60 x 120cm
Photography
Paper Etching Rag
Back panel Kapa 5mm
Black brushed aluminum frame
Editing : 4

Collaboration entre Quentin Carnaille et le photographe Thomas Bevilacqua, la série Intrication se compose de photographies reprenant un même dispositif, pour une même visée. A chaque fois, un corps nu, de dos, unique trace humaine dans un vaste décor dont la diversité d’une photo à l’autre nous donne une idée du monde. La tête du sujet est couverte d’un cube à faces de miroirs, pièce récurrente dans le travail de Quentin Carnaille. Les corps changent, en même temps que les étendues alentours : des femmes, des hommes dont les spécificités morphologiques s’estompent devant ce qui apparaît à l’œil du spectateur comme un destin commun : être au monde.

Il y a quelque chose de l’état des lieux dans Intrication : l’animal-Homme perdu dans une immensité qui le contemple, autant qu’il la contemple. Et sur la tête de cet Homme, le cube, qui évoque justement l’autre face de l’humanité, c’est-à-dire non plus l’animal mais l’entité historique au seuil de sa propre modernité.

Nus, donc, ces corps, dont on ignore s’ils sont les premiers ou les derniers, nous rappellent la place de l’Homme au sein de l’évolution : place centrale mais non moins précaire, qui pour survivre doit sans cesse se réinventer. Il s’agit bien de faire face — différents certes, mais fondamentalement unis —­ aux défis de demain.


The photographic series Entanglement is a collaboration between Quentin Carnaille and photographer Thomas Bevilacqua. Each photo in the series depicts a naked body seen from behind, the only human trace within a vast and changing landscape. The mirror-faced cube that covers the head of each figure is a recurring theme in Carnaille’s work. The bodies change from photo to photo as do the surrounding expanses: women and men whose morphological specificities fade before what appears to the viewer as a common destiny—to be part of the world.

Entanglement is in some ways an analysis of our condition—the animal-Man lost within an immensity that contemplates him, as in turn he contemplates the immensity. And the cube on the head of this Man evokes precisely the other face of humanity, that is to say no longer the animal but the historical entity on the threshold of its own modernity.

Naked as they are, these figures – are they the first or the last of us ? We don’t know – remind us of Man’s place within evolution, a central but nonetheless precarious place, which man has to defend by constantly reinventing himself. Although different, we are fundamentally united as we face the challenges of tomorrow.